Banque d’images  - Photos Droits Gérés - Photos Libres de DroitsPhotononstop

J'ai besoin d'un renseignement, d'un devis
Rappelez-moi maintenant

Nos autres sites :

Reportages

Voyage en terre d’Islande

Voyage en terre d’Islande
Giovanni Simeone

Sri Lanka : Tea Factory

Sri Lanka : Tea Factory
Richard Taylor

Kenya : le Manoir aux Girafes

Kenya : le Manoir aux Girafes
Stéphane Francès

SCARIFICAT

SCARIFICAT
François Gilson

Lacs et légendes

Lacs et légendes
Tommaso Ausili

Haut en couleur !

Haut en couleur !
Colin Dutton

Métro de l’Art

Métro de l’Art
Luca Da Ros

Aventure tropicale !

Aventure tropicale !
Giovanni Simeone

VIVA Montevideo !

VIVA Montevideo !
Aldo Pavan

Albanie A.O.C.

Albanie A.O.C.
Roberto Giussani

Expérience tropicale

Expérience tropicale
Giovanni Simeone

Le fantôme de Tito

Le fantôme de Tito
Colin Dutton

Le Pain

Le Pain
Véronique Leplat

Fruits bénis en Calabre

Fruits bénis en Calabre
Arcangelo Piai

Chine > Sichuan

Chine > Sichuan
Giovanni Simeone

Métro

Métro
Paolo Giocoso

Retrouvez ici les reportages disponibles à la vente.
Contactez Martine Delagoutte pour en connaître les tarifs.

Monte Grappa : un paysage brisé par la guerre

Photos : Giovanni Simeone

Reportage

Monte Grappa : un paysage brisé par la guerre

Nombreuses sont les pages d’histoire écrites sur la Première Guerre Mondiale… rares sont celles qui mentionnent la bataille de Monte Grappa et pourtant, près de 40 000 soldats italiens et autrichiens y périrent durant la Grande Guerre. Marchant sur les traces de ce funeste souvenir, ce reportage photos est le témoin neutre de ce que la nature garde en mémoire 90 ans après...

Lire la suite

Situés dans les Préalpes orientales méridionales, au nord de l’Italie, le Monte Grappa et le fleuve Piave sont considérés comme sacrés pour la patrie, en raison des évènements historiques qui s’y sont déroulés pendant la Première Guerre Mondiale.

Bien que faisant théoriquement partie de la Triple Alliance, l'Italie sort de sa neutralité en 1915, pour rejoindre la Triple Entente aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne. Après une cinglante défaite lors de la bataille de Caporetto en novembre 1917, les italiens sont forcés d’abandonner la majorité de la Vénétie aux armées austro-allemandes. Dès lors, la partie méridionale du fleuve Piave devient une ligne de défense stratégique pour empêcher la progression des autrichiens et des allemands vers Venise. En juin 1918, l’échec de la dernière grande offensive austro-hongroise -la bataille du Piave- montre l’affaiblissement de cette armée qui recule sur tous les fronts. En octobre 1918, l’Italie lance une offensive victorieuse, près du Monte Grappa, afin de percer le centre de la ligne austro-hongroise. Soutenus par les soldats français et britanniques, les italiens contraignent à l’armistice leurs adversaires, lors de la bataille de Vittorio Veneto, en novembre 1918… un an après la lourde défaite italienne de Caporetto.

Ce jour là, Lazare Ponticelli apprit la signature de l'Armistice lors d'une attaque à Monte Grappa. Le dernier poilu, mort à 110 ans le 12 mars 2008, racontait qu’italiens et autrichiens levaient les bras, fous de joie ! Quatre-vingt dix années ont passé… que reste-t-il aujourd’hui de ces batailles ? Un paysage qui garde en mémoire ses blessures de guerre. Tranchées, routes, galeries, impacts de balles et trous d’obus… la nature recouvre au fil du temps les traces du passé, mais sans jamais pouvoir complètement l’effacer.

Réduire l'article