Banque d’images  - Photos Droits Gérés - Photos Libres de DroitsPhotononstop

J'ai besoin d'un renseignement, d'un devis
Rappelez-moi maintenant

Nos autres sites :

Reportages

Voyage en terre d’Islande

Voyage en terre d’Islande
Giovanni Simeone

Sri Lanka : Tea Factory

Sri Lanka : Tea Factory
Richard Taylor

Kenya : le Manoir aux Girafes

Kenya : le Manoir aux Girafes
Stéphane Francès

SCARIFICAT

SCARIFICAT
François Gilson

Lacs et légendes

Lacs et légendes
Tommaso Ausili

Haut en couleur !

Haut en couleur !
Colin Dutton

Métro de l’Art

Métro de l’Art
Luca Da Ros

Aventure tropicale !

Aventure tropicale !
Giovanni Simeone

VIVA Montevideo !

VIVA Montevideo !
Aldo Pavan

Albanie A.O.C.

Albanie A.O.C.
Roberto Giussani

Expérience tropicale

Expérience tropicale
Giovanni Simeone

Le fantôme de Tito

Le fantôme de Tito
Colin Dutton

Le Pain

Le Pain
Véronique Leplat

Fruits bénis en Calabre

Fruits bénis en Calabre
Arcangelo Piai

Chine > Sichuan

Chine > Sichuan
Giovanni Simeone

Métro

Métro
Paolo Giocoso

Retrouvez ici les reportages disponibles à la vente.
Contactez Martine Delagoutte pour en connaître les tarifs.

SCARIFICAT

Photos : François Gilson. Texte : Pedro Lima

Reportage

SCARIFICAT

On les rencontre dans la plupart des villages de l'Afrique sub-saharienne, avec sur leurs joues et leurs fronts de profondes cicatrices dessinant des figures géométriques variées. Hommes et femmes, ils ont été marqués dès leur plus jeune âge, au moyen de lames, par des membres de leur ethnie. Les scarifiés portent sur leur visage l'histoire de leur famille, mais aussi celle de leur peuple, de ses transhumances et de ses croyances. Ainsi en est-il des Bwabas du village de Dossi, au Burkina-Faso, dont les cicatrices en forme de croix représentent l'araignée mythique qui, du temps des ancêtres, permit au fondateur du village de combattre et de vaincre des êtres monstrueux.

Lire la suite

Souvent, les masques traditionnels portent les mêmes cicatrices que les hommes. Marque identitaire, la scarification, réalisée le plus souvent à l'aide d'une lame rituelle, constitue également un rite initiatique, dont le caractère douloureux est une des raisons d'être. Elle marque en effet, par cette douleur vive qu'elle provoque et par son caractère définitif, une forme de domination et de contrôle exercé par le groupe sur l'individu : "nul n'est censé oublier la loi qui fonde la vie sociale de la tribu", écrit un chercheur. Pour les scientifiques qui les ont étudiées, les scarifications, pratiques millénaires et contemporaines déjà de l'époque des grottes ornées préhistoriques, constituent également une forme de pré-écriture, les symboles représentés figurant autant de signes visant à raconter une histoire.
Au Burkina-Faso, nous avons rencontré ceux qui perpétuent, parfois à leur corps défendant, cette tradition millénaire. Pour fixer l'image de ces cicatrices qui auront disparu dans quelques décennies, mais aussi pour écouter leurs mots, et transmettre simplement leurs témoignages. Nous avons rencontré des intellectuels Burkinabés pour lesquels cette pratique, loin de l'image de barbarie dans laquelle on voudrait parfois l'enfermer, la revendiquent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.

Réduire l'article